5 conseils pour éviter le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment que l’on peut ressentir à plusieurs moments de sa vie. En décidant de devenir Commissaire de justice, tu as choisi une profession élitiste, dans le sens où les places sont limitées. En effet, il y a à peine 3 800 Commissaires de justice en France.

Mais ce n’est pas pour autant que toi tu n’as pas ta place. Mais quand on est étudiant, et encore plus quand on est stagiaire, on peut parfois ne pas sentir légitime.

Ce syndrome de l’imposteur peut être ressenti à deux moments : pendant la préparation de l’examen de l’INCJ, et une fois que tu l’as réussi, pendant ton stage.

Dans cet article, je vais de partager quelques astuces pour t’aider à éviter ce sentiment.

syndrome de l'imposteur

Évite de te comparer aux autres

Alors oui c’est vrai, je te répète sans cesse qu’il est important de ne pas rester isolé si si tu veux réussir. Pour cela, il est important de travailler en groupe, avec d’autres étudiants. Et c’est encore plus vrai pendant la préparation de l’examen de l’INCJ. Mais cela ne veut pas dire que tu dois te comparer aux autres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Evénement interblogueurs : Gérer le stress pendant la préparation d'un examen

Le problème quand on échange régulièrement avec d’autres personnes dans la même situation que nous c’est qu’on peut avoir le sentiment de ne pas être à la hauteur. On a parfois le sentiment de ne maitriser autant que les autres, de ne pas être aussi performant qu’eux.

Mais attention je vais te révéler un petit secret : tout le monde est différent, chacun a des forces et des faiblesses. Alors, tout le monde n’apprend pas et n’avance pas au même rythme.

Tu n’as pas besoin de te comparer à d’autres personnes pour te sentir mieux dans ta peau. Bien au contraire. En te comparant tu risques de te sous estimer, et de douter de toi et de tes capacités.

Donc au lieu de te comparer, concentre toi sur tes propres objectifs et ta propre réussite.

Ne minimise pas tes succès

Parfois, quand on réussit quelque chose, on passe à côté de ce sentiment d’accomplissement, voire même de fierté. On est tellement obnubilé par les efforts à fournir qu’on en oublie les résultats.

Dans la branche que tu as choisie, tu vas être confronté à ce sentiment.

Cela va commencer quand tu vas préparer l’examen de l’INCJ. Tu vas devoir travailler par toi même, à ton rythme, souvent seul chez toi. Tu vas assimiler tout un tas de connaissances, mais tu ne t’en rendras pas forcément compte. Ce que je veux dire, c’est que même la veille de l’examen, tu ne te sentiras pas prêt. Pour autant, tu auras atteint un niveau de connaissances incroyable.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  3 podcasts à écouter pour développer sa culture générale

Mais pendant ta préparation, personne ne viendra te féliciter pour tout ce que tu apprends. Il n’y aura que toi qui t’en rendra compte. Et ce qui est important, c’est de prendre conscience de tout cela. Tu dois avoir conscience des progrès que tu fais. Car au final, il n’y aura personne pour te féliciter.

Pour autant, il faut savoir prendre un peu de recul pour se rendre compte u chemin que tu parcours. La plupart des personnes n’ont pas le tiers des connaissances juridiques que tu as.

En prenant conscience de ça, tu éviteras le syndrome de l’imposteur.

Fais-toi confiance

Pendant ton parcours, il est primordial d’avoir confiance en toi.

Si tu prépares l’INCJ, c’est que tu as déjà un bac + 5. Si tu es déjà en stage, c’est que tu as déjà réussi l’INCJ.

Tu as déjà tout un tas de réussites derrière toi. Ce n’est pas dû au hasard, mais à tes capacités. Tu as donc les compétences et les qualités nécessaires pour réussir. Fais-toi confiance et ne doute pas de toi-même.

Cette confiance en toi peut parfois diminuer à cause des attentes élevées des autres. Cela peut être l’exigence de l’examen, ou de ton maitre de stage. Mais moins tu auras confiance en toi, moins tu seras capable de fournir le travail qu’on attend de toi.

En doutant, tu risques de faire des erreurs d’inattention. Tu ne te sentiras pas légitime ni à ta place, et tu risques de développer le syndrome de l’imposteur.

Accepte les critiques

Personne n’est parfait. Et des critiques tu en auras toujours. Souvent, on te fera remarquer quand tu as mal fait quelque chose, par contre si tu as fait ce qu’on t’a demandé, tu n’auras pas de félicitations. C’est comme ça. On parle toujours des trains qui sont en retard, jamais de ceux qui sont à l’heure.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment Floria a réussi l'examen de l'INCJ du premier coup ?

Donc c’est important tu t’habitudes à la critique et surtout que tu arrives à l’accepter. Elle ne doit pas te faire douter de tes compétences. Au contraire, elle doit te permettre d’avancer et de t’améliorer.

Une critique, quand elle est constructive permet toujours d’apprendre de ses erreurs. Le but, c’est de ne pas la répéter.

Par contre, n’oublies pas de reconnaître tes forces également.

Prends soin de toi

Dès lors qu’on est stressé ou fatigué, on a plus de mal à gérer nos émotions et nos sentiments. Et c’est à ce moment là qu’il peut être facile de tomber dans le piège du syndrome de l’imposteur.

Alors il est important de prendre soin de toi en faisant des activités qui te plaisent. N’oublies pas qu’il s’agit de ta carrière, de ton activité professionnelle. Il faut réussir à faire la part des choses entre ta vie pro et ta vie perso.

Donc préserve tes moments de ta vie personnelle, profite de tes proches et de tes amis pour rester en forme.

Cette publication a un commentaire

Laisser un commentaire