Quel est le meilleur Master pour devenir Commissaire de justice ?

Pour rappel, il faut être titulaire d’un Master 2 pour devenir Commissaire de justice, et pouvoir se présenter à l’examen de l’Institut national de formation des Commissaire de justice (sauf dérogation).

Si tu es encore en Licence, en licence de droit privé voire même public, tu te demandes peut être quel Master choisir pour te préparer au mieux à cet examen.

En effet, il s’agit d’un examen très exigent, qui demande de nombreuses et solides connaissances en droit, et particulièrement en voies d’exécution forcées.

Mais alors, comment choisir le MEILLEUR Master pour mettre toutes les chances de ton côté et devenir Commissaire de justice ?

Au risque de te décevoir, il n’y a pas de meilleur master ! Peut être que tu es déçu, ou alors soulagé, mais le choix du master n’est pas aussi crucial qu’il n’en a l’air. Donc pas la peine de te mettre la pression et de te remuer les méninges pour ça !

En effet, on peut lire ou entendre par ci par là que le fils du frère de la cousine du voisin a suivi le Master « Droit privé parcours droit privé général » de l’Université Paris II Panthéon Assas et que c’est celui-là qu’il faut faire, qu’il est beaucoup mieux que le Master « Parcours procédures et contentieux privés » de l’Université du Pau et des Pays de l’Adour, qui est lui-même mieux que le Master « Droit privé parcours droit privé fondamental » de l’Université Paris Nanterre.

Et pour cause. Aujourd’hui, il y a tellement de choix de Masters, avec des appellations les plus exotiques les unes que les autres, qu’il peut parfois être difficile de s’y retrouver. Pourtant, lorsqu’on y regarde de plus prêt, on se rend compte que les unités d’enseignement et les cours proposés sont souvent les mêmes.

S’il est normal de s’interroger sur le parcours universitaire qui mènera à la profession convoitée, il ne faut pas que ce choix te prenne des mois de réflexion. Alors concrètement, quels sont les critères à retenir pour choisir son Master pour devenir Commissaire de justice ? En réalité, tu n’as que deux options : un parcours spécialisé ou un parcours plus généraliste. Mais avant, il faut que tu choisisses la fac où tu voudras continuer tes études.

Le choix de la faculté

Un critère à relativiser

Comme je le disais en introduction, tu n’échapperas pas aux avis sur la suprématie des Universités parisiennes. Et pourtant, ce critère ne doit pas être un critère déterminant. Au contraire, je te conseille même de carrément le mettre de côté. Et cela pour plusieurs raisons.

La première est que l’examen d’accès à la formation de l’Institut national des Commissaires de justice est un examen national. Cela signifie que tous les candidats arrivent le jour des épreuves sur un pied d’égalité. Personne ne sait, et ne souhaite savoir, si tel ou tel candidat est diplômé d’une « prestigieuse » faculté ou d’une « petite » fac de province.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Modes alternatifs de règlement des conflits : une solution efficace et rapide ?

Donc le fait d’être issu dans une Université de renom tel Assas ne te fera pas arriver avec un avantage. Le jour de l’examen, tu seras devant ta feuille, comme tous les autres candidats, y compris ceux ayant suivi le Master de Strasbourg par exemple (loin de moi l’idée de blesser nos amis strasbourgeois).

La deuxième raison est qu’une fois que tu auras réussi l’examen, il est assez facile de trouver un stage dans une Etude. Pourquoi ? Parce que les exigences sont déjà tellement élevées pour réussir l’examen, que les stagiaires sont de plus en plus rares. Et pourtant les Commissaires de justice continuent à les convoiter. On ne va pas se mentir, un stagiaire représente une main d’œuvre moins chère et souvent très motivée, donc dévouée… Alors je t’assure que tes potentiels futurs maitres de stage ne s’arrêteront pas sur l’université dans laquelle tu as suivi ton Master.

Pour résumer, ce que j’essaie de te dire c’est que ton dossier compte un peu pour du beurre …

Mais, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. Evidemment les grandes universités, notamment parisiennes préparent très biens à l’examen.

Leur degré d’exigences, rien que pour y être admis, est révélateur du niveau atteint à la sortie. Mais si pour X ou Y raison tu ne t’inscris pas dans une telle faculté, sache que ce n’est pas cela qui t’empêchera d’atteindre ton but. Loin de là.

salle de cours à l'université en noir et blanc

Le choix du Master avant celui de la fac

Alors, plus que la faculté elle-même, ce que tu dois regarder c’est le Master en lui-même. C’est à dire que tu dois vérifier les matières proposées mais également les enseignants qui dispensent les cours.

L’idéal est qu’il y ait à la fois des universitaires et des professionnels, comme des avocats, des commissaires de justice, des magistrats. Ce sont eux qui pratiquent le droit, donc leurs discours sont parfois (souvent) différents de ceux des profs. Ils peuvent te permettre d’acquérir une meilleure professionnalisation en découvrant leur environnement professionnel.

Certains intervenants de ces Masters peuvent mettre faire partie de la Chambre régionale des Commissaires de justice, voire même de la Chambre Nationale des Commissaires de justice. C’est un avantage considérable !

Par contre, la question qui peut être importante est celle de savoir quand intégrer la fac qui propose le master que tu convoites. Pour certaines universités ou certains Masters les plus sélectifs, il est conseillé de l’intégrer dès la Licence 3. C’est ce qu’un ami a fait pour intégrer l’Université de Montpellier. Il n’aurait jamais été pris en Master s’il avait obtenu sa licence dans une autre fac.

Quoi qu’il en soit, le conseil que je peux te donner c’est de partir au plus tard pour le Master 1. Tu ne dois pas ignorer les gros problèmes que rencontrent certains étudiants pour trouver un Master, tellement ils deviennent sélectifs. Ainsi, si tu veux suivre le Master 1 dans la fac où tu souhaites faire ton Master 2, tu as déjà plus de chances d’être admis.

Pour ma part, j’ai fait le choix d’intégrer la fac où je voulais faire mon Master 2 dès mon Master 1. Et j’ai bien fait. Il ne s’agissait pas d’une grande faculté, et pourtant la sélection était drastique. Le directeur du Master ne souhaitait pas plus de dix étudiants, et il privilégiait les étudiants « locaux », c’est à dire ceux issus du Master 1 de cette fac.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Réviser à la dernière minute : 3 conseils

Donc, tu l’auras compris, ce n’est pas tant la fac en elle-même qui compte. Par contre, tu vas devoir faire le choix entre un Master généraliste ou plus spécialisé.

Le choix d’un Master spécialisé

Les Masters parcours « Commissaire de justice »

Il existe des masters pour devenir Commissaire de justice. Ce sont des masters très spécialisés, très axés sur la profession. Et quoi de plus spécialisé que les Masters Commissaire de justice ?

Si leur appellation ne prête pas à confusion, il faut tout de même être vigilent quant aux unités d’enseignements proposés.

Par exemple, le Master Commissaire de justice proposé par l’Université de Montpellier, propose une unité d’enseignement « Droit pénal spécial ». Je serai curieuse de rencontrer le Commissaire de justice qui pratique régulièrement cette matière. Je trouve dommage que deux semestres soient consacrés à la procédure pénale. 

Mis à part cela, évidemment ces Masters pour devenir Commissaire de justice préparent pour le mieux à l’examen de l’INCJ. La plupart des matières au programme de l’examen font partie des enseignements.

Il convient toutefois de vérifier que l’accent soit mis sur le droit processuel, les voies d’exécution avec notamment les mesures conservatoires ou le recouvrement de sommes d’argent, ou bien encore les modes de règlement des différends.

Enfin, ces masters permettent une professionnalisation puisqu’ils laissent le choix entre effectuer un stage ou rédiger un mémoire. Je recommande évidemment d’effectuer un stage chez un Commissaire de justice. Il te permettra de te familiariser avec les fonctions et les missions de ce juriste.

Par conséquent, si tu décides de suivre cette formation, je ne peux que te recommander de t’investir à 100%.

En effet, tu dois appréhender ce Master comme une prépa. Il faut absolument que tu mettes cette dernière année universitaire au profit pour préparer l’examen d’accès à l’INCJ. Tu auras tous les supports de révisions nécessaires, des intervenants à ta disposition pour poser tes questions.

Cela va évidemment te demander du travail personnel à côté, et tu dois travailler au delà de ce que tu demande le Master. Mais cela te permettra de réussir l’examen d’accès à l’INCJ sans prépa. Et ça, ce n’est pas négligeable !

Sinon, tu as le choix de moins te spécialiser dans ton Master pour devenir Commissaire de justice.

master commissaire de justice

Les Masters parcours « Droit, procès et procédure »

Beaucoup de Masters proposent un parcours justice, procès et procédures. Ces Masters sont une très bonne alternative aux Masters beaucoup plus spécialisés que ceux que nous venons de voir. Ils proposent des enseignements plus variés, ce qui est un plus pour ta culture juridique.

J’ai suivi un tel Master, plus spécifiquement le Master « Droit des contentieux ». J’ai apprécié découvrir des matières que je n’aurais jamais eu l’occasion d’aborder. Par exemple, j’ai pu étudier pendant un semestre le contentieux rural. Bien que cette matière soit loin d’être passionnante pour la citadine que je suis, elle m’est bien utile aujourd’hui. En effet, les Commissaires de justice exerçant dans en milieu rural sont régulièrement confrontés à cette matière. Nous sommes parfois mandatés pour délivrer des commandements de payer les fermages ou donner congé d’un bail rural. Les premières fois où j’ai dû rédiger de tels actes, j’ai été contente d’avoir les connaissances de bases dans ce domaine. En plus cela peut être un critère pour se démarquer de nos confrères (et concurrents), qui, pour certains, refusent de gérer ces dossiers.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  5 méthodes efficaces pour préparer l'épreuve d'anglais

L’avantage de ces Masters est qu’ils t’ouvrent d’autres portes, si tu devais finalement trouver un plan B. En effet, ils préparent à certains examens, comme celui de greffier, voire de l’ENM.

Le choix d’un Master généraliste

Le terme de « Master généraliste » doit s’entendre du Master de droit privé « général ».

Evidemment, il faut une cohérence avec le projet professionnel. Je ne te recommande pas de s’inscrire dans un Master dont les matières sont totalement étrangères à la profession de Commissaire de justice. Si c’est le droit administratif qui te fait vibrer, tu tu mets des bâtons dans les roues si tu suis un Master de droit public. L’examen sera beaucoup plus difficile à préparer, cela va de soi.

Mais cette option ne doit pas être ignorée pour autant. Comme je le disais plus haut, les places en Master, et notamment en Master 2 sont chères. Tu pourrais envisager un tel Master en tant que « choix alternatif », si tu n’es pas admis dans tes premiers choix.

Par ailleurs, si par exemple le droit des bancaire t’intéresse, tu peux tout à fait t’inscrire en Master droit bancaire et financier et réussir l’examen de l’INCJ. La préparation de l’examen te demandera peut être plus de temps et d’investissement, mais rien n’est impossible.

Pourquoi je te dis ça ? Parce que le risque de choisir un Master très spécialisé est de s’enfermer dans un domaine, et pour longtemps.

En effet, une carrière c’est long (coucou la réforme des retraites). Et qui te dit que tu auras envie de rester Commissaire de justice toute ta vie ? Dans vingt ans, qui te dit que tu ne voudras pas devenir agent d’assurance, magistrat ou encore juriste d’entreprise ?

En suivant un Master un peu plus généraliste, tu seras un « touche à tout ». Le problème des Masters « Commissaire de justice » c’est qu’ils sont totalement axés sur le contentieux et la procédure. Or, ils ne forment pas au droit « dur ». Et contrairement à la recherche d’un stage au sein d’une Etude de Commissaire de justice, les potentiels employeurs regardent plus particulièrement ta formation universitaire. En postulant dans un cabinet spécialisé dans le droit des affaires par exemple, ton master mention Commissaire de justice ne jouera pas forcément en ta faveur.

Conclusion

En conclusion, ce que je peux te dire, c’est que tu peux choisir entre un master spécialisé ou généraliste. Peu importe ou se situe la fac, ce n’est pas ce critère qui compte.

Par contre, si tu décides de suivre un Master très spécialisé pour devenir Commissaire de justice, oublie l’idée de t’inscrire ensuite à une préparation privée. Le contenu serait quasiment identique. Il n’y aurait aucun intérêt. Donc tu dois mettre à profit cette dernière année universitaire pour préparer cet examen par toi même. C’est un genre de Master « clé en mains ».

Par contre, si tu envisages concrètement de te prendre une année pour préparer l’examen de l’INCJ, tu peux envisager de t’inscrire dans un Master plus ou moins généraliste, pour ne te fermer aucune porte.

Tu l’auras compris, le meilleur Master pour devenir Commissaire de justice c’est celui que tu as choisi.

Bien à toi.

Pauline

Cet article a 3 commentaires

  1. Emilie

    C’est la première fois que je lis quelque chose qui m’aide autant à me décider pour les masters, merci beaucoup !

Laisser un commentaire